Kassos Academy

(Avant tout, clique sur l’image pour l’agrandir, cher ami)

As-tu déjà rencontré un Kassos? Pas le faux, qui en a seulement l’air, ni l’imposteur, qui ne possède pas les capacités requises, nonnnn… Je te parle du VRAI, de l’INIMITABLE, du KASSOS qui s’assied à côté de toi pour te faire chier tous les matins et tous les soirs, celui qui te parle ouvertement de ses multiples conquêtes, de ses soucis intestinaux, des tampons ultra-flux qu’il doit acheter sur la route ou alors de Kiki, son plus fidèle ami (les humains ils sont tout pourris).

A l’instar de Jenifer Bartoli, Jean-Pascal Lacoste, Francis Lalane (comment ça, « il est pas passé par la Star’Ac? ») et toute l’équipe de jeunes polissons en quête de gloire et de paillettes, vous avez grâce à Jacky, l’occasion de rejoindre une « Academy » qui vous aidera à peaufiner les recoins les plus Kassos de votre personnalité:

- Vous avez une voix atypique, digne de Daffy Duck, Fauve ou votre chat sous amphétamines? PARFAIT, peaufinez tout ceci en vous aidant d’alcool et de fumée de toutes sortes pour ajouter un petit effet rauque des plus raffinés!

- Vous aimez partager vos théories fumeuses avec vos amis? Étendez votre cercle d’influence, faites chier votre boulangère, les écoliers, les cadres sup’ ou encore vos contacts Facebook, vous ne pensez pas comme nous et il faut que nous le sachions, sapristi!

- Vous tenez relativement bien l’alcool et autres substances peu recommandées? Bingo, cela vous permettra d’être légèrement plus grave que votre état habituel tout en fleurant un léger arôme de vinasse et de stupéfiant bon marché, un parfait contrôle de vous-même associé à une présence qu’on n’oublie pas de sitôt!

- Une fois n’est pas coutume, vous avez la colère facile, formidable! N’hésitez pas à râler sur tout et n’importe quoi en mettant mal à l’aise un maximum de public, accompagnez votre discours de râles, de bave ou même de cris, vous êtes libres, un artiste devant sa toile vierge, sortez les pinceaux!

Bref, Jacky reviendra peut-être de temps en temps vous rafraîchir la mémoire, jeunes roudoudous, en attendant, belle journée du lundi à vous et si vous vous faites malencontreusement importuner par un des Kassos si poétiquement décrit ci-dessus, invitez-le à se rendre à la Kassos Academy: au mieux, il ira perdre quelques centaines d’heures sur Internet pour parfaire sa science, au pire il vous pétera la gueule avec Kiki, son berger allemand puant et tout râpé, en tout les cas, vous passerez un passionnant début de semaine tout en finesse.

Avec tout mon amour,

votre Moino.

« Rentrée… »

Et sinon, maintenant j’ai Instagram, je suis vraiment trop branchée, c’est fou!

La 5eme saison

Si tu es un fin limier, tu auras peut-être remarqué que cet été est un été de MERDE. Or, puisque -dans ma région en tout cas- je n’ai pas vu ne serait-ce qu’un semblant d’élément pouvant me faire croire au retour de la saison estivale, je me suis vue dans l’obligation de créer une nouvelle saison (oui, rien que ça), j’ai nommé:

ETOMNE, n.m
5ème saison située à mi-chemin entre l’été et l’automne.
Humidité: 98,2%
Ensoleillement: de 0 à 0,1%
Le reste des %, c’est la proportion de temps dont vous ne savez pas quel qualificatif lui donner (brume dégueulasse, vents à 90 km/h voire neige pour les plus chanceux d’entre-vous)

Mais pas de panique, il y a des solutions à ce temps moisi (en attendant que le gouvernement nous mette en place ce fameux régulateur de pluviométrie):

L’EXIL: Oui, comme Scar et Kovu dans le Roi Lion. Tu prends 3 paires de chaussettes, quelques shorts et deux bananes puis tu fonces direction le sud, jusqu’à ce que tu manques de carburant. Radical mais efficace.

L’OPTIMISME: Là, tu choisis ta formule: « Demain il fera beau », « C’est bon pour les nappes phréatiques » ou encore « Ça pourrait pas être pire ». Ferme les yeux, crois-y fort et le tour est joué.

LE TERRORISME: Ferme tous tes volets, débranche ton téléphone, prends une semaine de vacances, prévois un stock de Choco Krispies et mate-toi tous les films répertoriés avec des morceaux de soleil dedans. Mais attention, vérifie quand même de temps en temps si la pluie ne s’en est pas allée, ce serait con de passer la semaine en mode ermite en slip alors que le soleil (le vrai) est enfin revenu.

Ou sinon:

Est-ce que tu viens pour les vacanceuh…

Il est là, il te guette, là, tapi dans un coin sombre de la Piazza dei Miracoli, suant, les orteils emprisonnés dans une geôle de coton, les pommettes rougies par le soleil de la Toscane… Il s’agit bien entendu… DU TOURISTE.

Techniquement et selon le dictionnaire, si tu rencontres des touristes hors de ta région, tu es toi-même -je te le donne en mille- un TOURISTE. Oui, je sais, la réalité est parfois cruelle mais console-toi: si tu as choisi de rester discret en reléguant ta présence touristique en arrière-plan par respect des autochtones, le touriste, le VRAI, fera tout son possible pour signifier au monde entier que oui, il est en vacances et cultive un amour immodéré pour la bêtise (appelons-le VT pour « véritable touriste » veux-tu?):

- Les photos typiques « Je soutiens la tour de Pise / Je porte la Tour Eiffel »
Et c’est pas un jeu, non, parce que le VT posera pour la photo aussi longtemps (fût-ce des années) qu’elle ne sera pas PARFAITE, soupirant bruyamment à chaque fois qu’un passant indélicat aura l’audace de violer l’espace qu’il se sera arbitrairement attribué (non mais!).

- Sa langue natale
Le VT ne parle jamais, Ô grand JAMAIS, la langue des autochtones! Pourquoi? Parce que « ça fait chier et que s’ils sont pas capables de parler le néerlandais typé patois du sud, les pizayolis, z’ont qu’à retourner chez la mama manger des spagéto » (non mais!). Ce qui nous amène aux:

- Clichés du touriste
Il SAIT, il SAIT, qu’il te dit, il l’a lu dans un commentaire sur Tripadviseur et il a vu des reportages sur TF1, la mozzarella est fabriquée à base de pus de betterave! Mieux vaut aller dîner chez ce charmant traiteur typique qui sert de la choucroute, de la fondue et dont la carte est en 14 langues, dépaysement garanti (et il SAIT, qu’il te dit)!

- La plage
Il y a souvent de la place à la plage et ça, c’est drôlement embêtant pour le VT. Pourquoi? Parce qu’il est la seule espèce au monde à préférer se coller à ses voisins dans un souci de partage et, n’ayant pas peur des mots, d’altruisme. Le ballon du gamin qui vous arrive en plein dans la gueule dans une gerbe de sable, les commentaires du patriarche sur la choucroute de ce midi, rien, RIEN ne vous sera épargné, par amour du travail bien fait, merci le VT!

Vous l’aurez compris, je rentre de vacances et j’ai eu tout le loisir d’observer cet étrange spécimen, exemples flagrants à l’appui mais aucune haine envers le VT, c’est après tout bien le seul spécimen à pouvoir me faire passer pour quelqu’un d’équilibré en terres inconnues, donc faisons fi de la sueur, de la bêtise et des tongs portées en tandem avec des chaussettes (quoique…), merci à tous les VT!

Ah et vous, vos vacances?

Lotus

Le Guten Tag, chers amis de plumes (ou de poils),

Un petit dessin rien que pour vous (et rien que pour tester une nouvelle technique d’encrage, aussi un peu, accessoirement)! Je bosse sur un truc en particulier en ce moment mais comme je suis super polyvalente (mes yeux peuvent regarder dans la même direction en même temps, c’est dire), je serai de retour cette semaine sur le blog et je ne vous décevrai point, noble peuple de Nottingham (sauf toi, Petit Jean)!

Le salut, brave vous!

Moino.