Ma première mini BD


planche_1_grand

Présentation d’une petite histoire concernant la féminité, ma féminité, sur laquelle je m’interroge beaucoup ces derniers temps; le fait de me rendre compte que j’ai toujours eu très peu d’amiEs, que je m’entendais en général mieux avec les garçons, l’importance de « ne pas être une princesse », ce sentiment d’être insultée quand j’étais qualifiée de « trop » fille, cette fierté et ce « courage » exacerbé, cette volonté d’être « solide » et pourtant d’être tout à fait OK avec mon genre. Je ne me suis pas façonnée seule, je suis née avec mon caractère mais ma personnalité a été modelée autour des attentes de mon entourage, leurs déceptions, leurs idées préconçues sur « être une fille ». Je tiens à insister sur le fait qu’il s’agit de mon histoire, je ne veux pas faire une généralité de ma construction en tant que jeune femme et ne tiens pas à être un cas d’école… Je voulais juste partager cette petite introspection avec vous!

 

 

planche_2_grand

La suite de l’histoire, comme promis, même s’il est un peu tard 😉 On continue sur une note bien plus joyeuse, entre rivalité, quiproquos et schizophrénie pédagogique (grandir entre deux images de toi que l’on te renvoie… sans savoir à laquelle s’identifier avant tout)! La suite à venir… :)

 

planche_3_petit

Et on continue! Après l’arrivée de mon petit frère, mon premier jour d’école! Une maîtresse formidable, de super copains/copines mais la confrontation avec d’autres personnalités, d’autres éducations, d’autres visions de voir et envisager la société… Et cette petite fille, incroyable cliché de LA petite fille mais aimable comme tout, ma première introspection « qui suis-je? » ou plutôt « que vais-je devenir quand je serai grande? ». Pourquoi sommes-nous toutes les deux des filles mais qu’une de nous deux obtient les faveurs de l’entourage et l’autre non? Faut-il continuer à être moi-même ou imiter le modèle qui m’est ici proposé? Je vous laisse imaginer (ou revivre) à quel point ce genre de questionnement pouvait être complexe pour une mini tête de linotte de 6 ans qui venait juste d’apprendre à écrire « Spot » 😀 

 

planche_4_petit

C’était timide, cette histoire de genre! A l’époque, j’étais tellement bien coachée par mon « Papounet » (oui, je sais) que je ne me serais pas forcément laissée remettre en question par des petits monstres… C’était hésitant, je commençais juste à me dire que ce serait plus facile si j’étais une enfant plus « docile », plus « standard »

 

planche_5_petit

Allez, les semaines passent, les querelles s’amenuisent et notre maîtresse est une super coordinatrices pour les petits monstres bruts que nous sommes. J’ai eu la chance de passer deux ans dans une petite bulle toute douce, à l’abri de beaucoup de choses et dans un esprit de tolérance très agréable. C’est un peu comme avoir passé ses premières années d’école dans du coton, en préparation d’une immersion en règles dans un pot d’acide. (Le « langage garçon » et le « langage fille » est ultra cliché, oui… Mais à l’époque, c’était comme ça, ce n’est pas vraiment beaucoup mieux maintenant mais j’ai quand même le sentiment que ça évolue gentiment).

 

 

planche_6_petit

J’ai eu de la peine à dessiner cette partie pour plusieurs raisons: beaucoup de souvenirs à se remémorer, remettre une dièse sur le moment où j’ai commencé à haïr l’école, me rappeler d’une personne en qui j’avais placé ma confiance d’enfant (l’apprentissage était important pour moi et j’attendais beaucoup de cette dame avant de la connaître)… J’ai entendu tellement de témoignages similaires, çà-et-là! Je trouve inadmissible que des gens qui se lancent dans l’enseignement n’aient pas la patience ni la sagesse de traiter un(e) élève qu’ils ne peuvent pas « encadrer » pour des raisons personnelles comme les autres… Et la capacité de se remettre en question. 

 

 

planche_7_petit

Une planche bien plus sympa à concevoir et à dessiner: mon exode de la cambrousse à « Wisteria Lane », banlieue chic pleine de Marie-Chantale emperlées, de petits chiens qui font directement leurs besoins dans les petits sacs prévus à cet effet et où le brin d’herbe qui ose dépasser du patron se voit jugé puis condamné aux travaux d’intérêt généraux sur le champ (champ, herbe, vous l’avez? Oui, c’était moisi), j’espère que cette planche vous remontera le moral, rapport aux tristes expériences dépeintes dans les précédentes :)

 

 

planche_8_petit

Ah, cette boîte à suggestions! Elle était le moment phare de notre semaine jusqu’à ce qu’elle serve à cette « petite vendetta ». Suite à ceci, les semaines ont été longues avant de retrouver une « identité » normale et acceptable aux yeux des élèves (et autres adultes… mais je ne spoilerai rien :-)) et la réhabilitation a du passer par un parcours de résilience complexe qui a aiguisé mon attrait pour le fait de me fondre dans la masse pour éviter les problèmes :/

 

 

planche_9_petit

La suite de la « fabuleuse » épopée sur « j’ai dit que Fanchon m’avait traité de fils de pute mais je mens tel un arracheur de dents sous Tranxene ». Les enfants manipulés sont étonnants mais la réaction de leurs parents peut s’avérer plus étonnante encore.

***

Depuis un peu plus d’un mois, je m’astreins à publier une petite création par jour sur les réseaux sociaux (afin de « forcer » ma créativité), ce que vous voyez ci-dessus n’est pas du tout un projet abouti, c’est un petit essai sur quelques anecdotes enfantines gravitant autour du harcèlement, du fait d’être une petite fille dont on voulait que ce soit tour à tour une « princesse » et une petite guerrière, de tous pleins de petits souvenirs lointains légers et un peu plus lourds… N’y voyez pas du tout une analyse de notre société, juste un petit récit anecdotique qui ne concerne que ma petite pomme :) Vous allez peut-être remarquer un changement de style au fil des cases, c’est que j’ai tout dessiné sur environ 1 mois, et que pendant ce mois, j’ai de plus en plus découvert mon « style » et ma manière de travailler :)

Partager

6 Commentaires

  • poli
    20 septembre 2019 - 13 h 22 min | Permalien

    excuse moi c’est très intéressant mais le découpage des cases est pas assez net, je n’arrive plus à suivre à partir du changement d’institutrice..

    • Fanchon
      22 septembre 2019 - 1 h 51 min | Permalien

      Oh mais je t’en prie, ne t’excuse pas et merci pour ton retour! ça va m’être très utile pour la suite car le format ci-dessus était adapté à une lecture « case par case » à raison d’une publication tous les deux jours, cela veut dire que j’ai mal géré la narration et je vais m’efforcer de corriger le tir pour les prochaines fois :)

  • Ali
    20 septembre 2019 - 15 h 11 min | Permalien

    Beaucoup d’émotions, je retrouve des sentiments connus au collège pendant 4 ans… 20 ans plus tard, lire des gens qui ont vécu des situations proches, ça me fait toujours quelque chose… On est moins seuls.
    Merci !

    (sinon les vignettes 9 et 17 sont identiques, petit cafouillage au montage, et je crois que 2 vignettes sont inversées à la fin de la 5eme planche)

    • Fanchon
      22 septembre 2019 - 1 h 56 min | Permalien

      Merci à toi pour ce beau commentaire et ton retour! En effet, il y a quelques petits couacs que je corrigerai dès que je le pourrai, j’ai réalisé l’article en pleine nuit et je me disais que c’était un miracle qu’il n’y ait pas d’erreurs trop évidentes à la relecture (comme quoi :D)! Je suis heureuse que ces petites tranches de souvenirs permettent à certaines personnes dont toi de se sentir moins seules! Plus j’avance dans la réalisation de cette petite BD, plus j’ai de gens qui me disent avoir vécu les mêmes choses et c’est agréable de pouvoir en parler entre « ancien outsiders » si j’ose le terme! J’espère que tu as pu trouver une issue heureuse à ce que tu as subi étant plus jeune, cela laisse parfois des marques qui ont de la peine à partir :(

  • Gasp
    23 septembre 2019 - 15 h 51 min | Permalien

    Très sympa tout ce récit, vraiment. On retrouve tous les aspects si syyympatooches de la jeunesse et de la cour de récré, qui suintent les idées machistes, les conflits de classe (sociale) et la bien-pensance des p’tites têtes blanches.

    Par contre je rejoins ce qui est dit plus haut, le découpage des cases est pas toujours évident. On suit le fil général mais parfois on s’y perd un peu.

    J’espère qu’il y aura une suite !

    • Fanchon
      27 septembre 2019 - 18 h 33 min | Permalien

      Merci beaucoup pour ton retour! J’ai pris bonne note des commentaires et ce sera corrigé pour les prochaines fois, je tâtonne encore un peu, pour le moment 😉 Heureusement que l’enfance n’est pas faite que de souvenirs du style…

  • Répondre à Ali Annuler la réponse.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *